La récente catastrophe de l'usine Lubrizol à Rouen nous rappelle que Carnoux ne se situe qu'à une encablure de l'usine ARKEMA à Saint Menet, classée Seveso II "seuil haut". Nous sommes particulièrement exposés parce que nous nous situons directement dans la ligne du vent dominant, le mistral.

Cette usine, qui fabrique du Rilsan, dépasse régulièrement les émissions autorisées de benzène et d'autres produits volatils, au point d'être sommée le 6 juillet 2019, par un arrêté du Préfet, de mettre fin à ces rejets illégaux en raison des "risques sanitaires" encourus par la population. De plus, cette usine utilise du chlore, du brome et de l'ammoniac, produits très dangereux lorsqu'ils ne sont plus confinés. En septembre 2018, le Secrétariat Permanent pour la Prévention des Pollutions Industrielles PACA estimait que "Si jamais un wagon de chlore se déchire en deux, quelle que soit la cause, avec un petit vent de 3 mètres par seconde qui empêche une grande dispersion, les vapeurs de chlore pourraient, éventuellement, toucher la ville entière de Marseille". Il s'agit, certes, d'un risque très faible, mais il illustre combien une bonne information à la population est indispensable.

Le risque a été réévalué par l'Etat, et c'est une bonne chose. Le Plan Particulier d'Intervention (PPI) définit une zone d'intervention qui inclut maintenant notre commune. Le zonage de 3 km, qui ne concernait que Marseille et la Penne-sur-Huveaune est, depuis le 8 avril 2019, étendu à 12,6 km et touche donc 18 nouvelles communes, soit des dizaines de milliers d'habitants supplémentaires.

L'information est cependant restée très confidentielle. La consultation publique, qui s'est déroulée dans les mairies entre le 11 février et le 11 mars 2019 a fait l'objet d'une publicité minimale, et aucune remarque n'a été déposée en mairie. Le PPI reste un document non accessible aux administrés. Carnoux dispose depuis 2009 d'un Document d'Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM), qui n'aborde aucunement les risques chimiques. Ce document serait actuellement en cours de révision.

L'accident de Rouen suggère que l'information devrait être accélérée et ne pas se limiter aux moyens d'affichage. Le récent rapport de l'AMARIS recommande une information plus continue et plus réactive et de repenser intégralement les dispositifs d'alerte. Les Carnussiens doivent être formés au risque, informés des dangers encourus, reconnaître les sirènes PPI, connaître consignes d'isolement, de déplacements, de suivi des évènements. En attendant le nouveau DICRIM, nous vous invitons à prendre connaissance ci-dessous des consignes nationales applicables en cas d'accident à ARKEMA Saint-Menet.

Carnoux se trouve maintenant inclue dans un périmètre d'usine Seveso II "seuil haut", sans le savoir vraiment. Ses habitants devraient suivre, en cas d'incident, des consignes qu'ils ignorent...

JBx

Marseille (ARKEMA Saint-Menet) : vivre près d'un site Seveso (France 3  , 9 octobre 2019)

Carnoux n'est pas à l'abri de risques chimiques majeurs

 

 

 

La sécurité et le secret, mais jusqu'où ?

La municipalité de Carnoux n'a pas souhaité nous communiquer le texte du Plan de Particulier d'Intervention (PPI) d'ARKEMA de 2019 qui "est à l’usage exclusif des services [...] et ne doit pas, en l’état, être communiqué à des tiers". Une simple demande auprès des services de l'Etat nous a permis cependant de le consulter.

Nous publions ci-dessous les consignes qui devraient pourtant être largement diffusées auprès des habitants de la commune.

 

gallery/risque-industriel-plaquette-cypres_page_08
gallery/carte mistral